La spiritualité des sœurs du Cénacle 

Le mystère de Marie au Cénacle

« Vivre au Cénacle c’est vivre avec Ma­rie, c’est se laisser comme elle conduire par l’Esprit pour communiquer le Christ aux autres».

Constitutions des sœurs du Cénacle

 

Les actes des Apôtres ouvrent à la compréhension du rôle de Marie après la mort et la résurrection de Jésus et tout particulièrement entre son ascension au ciel et le don de l’Esprit le jour de la Pentecôte. Les 11 apôtres se sont enfermés dans le Cénacle avec d’autres hommes et femmes qui ont suivi Jésus.

Marie est celle qui a cru à l’accomplissement de la Parole, est restée debout. Elle a accompagné tous ceux qui étaient au Cénacle pour qu’ils gardent confiance dans les paroles que Jésus leur avait dit : Je vous enverrai l’Esprit Saint. Marie aide à rester dans l’attente de l’Esprit, à croire que la mort a été vaincue et que la Vie de son Fils va régner. Comment s’y prend-elle ? Au Cénacle, ils faisaient mémoire de Jésus et de ses paroles, de ses actes, de ses promesses, et persévéraient d’un même cœur dans la prière. L’accomplissement du mystère du Cénacle est l’irruption de l’Esprit saint dans la chambre haute. Le jour de la Pentecôte, l’Esprit transforme les Apôtres...

Lire plus

« Vivre au Cénacle c’est vivre avec Ma­rie, c’est se laisser comme elle conduire par l’Esprit pour communiquer le Christ aux autres».

Constitutions des sœurs du Cénacle

 

Les actes des Apôtres ouvrent à la compréhension du rôle de Marie après la mort et la résurrection de Jésus et tout particulièrement entre son ascension au ciel et le don de l’Esprit le jour de la Pentecôte. Les 11 apôtres se sont enfermés dans le Cénacle avec d’autres hommes et femmes qui ont suivi Jésus.

Marie est celle qui a cru à l’accomplissement de la Parole, est restée debout. Elle a accompagné tous ceux qui étaient au Cénacle pour qu’ils gardent confiance dans les paroles que Jésus leur avait dit : Je vous enverrai l’Esprit Saint. Marie aide à rester dans l’attente de l’Esprit, à croire que la mort a été vaincue et que la Vie de son Fils va régner. Comment s’y prend-elle ? Au Cénacle, ils faisaient mémoire de Jésus et de ses paroles, de ses actes, de ses promesses, et persévéraient d’un même cœur dans la prière. L’accomplissement du mystère du Cénacle est l’irruption de l’Esprit saint dans la chambre haute. Le jour de la Pentecôte, l’Esprit transforme les Apôtres en brûlants témoins et messagers de Jésus-Christ. Aujourd’hui nous vivons cette même dynamique : nous demeurons dans l’attente de l’Esprit et, transformées par l’Esprit en brûlantes apôtres, nous annonçons par nos vies et par nos paroles que la vie est en Jésus Christ. Cette expérience qui anime les sœurs dans leur manière de vivre au quotidien et dans leur travail, est vécue aussi par ceux qui, par le ministère des sœurs du Cénacle, entrent dans cette dynamique de vie et de foi.

La spiritualité des sœurs du Cénacle 

« Le mystère du Cénacle exprime notre mission dans l’Eglise et ce que la présence de Marie signifie dans notre spiritualité. C’est celui de la première assemblée de l’Eglise naissante avec Marie, mystère d’attente et d’appel dans la prière et la retraite, tout orienté vers l’effusion de l’Esprit qui envoie les Apôtres, revêtus de la force d’En haut, jusqu’aux extrémités de la terre ».

Constitutions des sœurs du Cénacle

La spiritualité ignatienne, qu’est-ce que c’est ?

Ce n’est pas aisé d’expliquer une spiritualité née il y a cinq cents ans et pourtant si moderne, qui nous nourrit chaque jour ! La spiritualité ignatienne se fonde sur l’expérience spirituelle de st. Ignace de Loyola. Elle nous est transmise dans son Récit de vie et dans les Exercices spirituels.

Voici quelques traits principaux :

  • un regard positif posé sur l’homme et sur toute la création. La spiritualité ignatienne prend en considération la personne dans sa totalité (le corps, l’esprit, l’âme, l’affectivité, la volonté, l’intelligence, …) et l’accompagne dans la relation avec le Créateur, le Dieu de la vie qui veut du bien pour l’homme.
  • Un certain visage de Dieu qui est Celui qui s’est fait proche, qui donne sans compter, qui, en Jésus Christ, se fait compagnon de route. Un Dieu qui se communique au cœur de l’homme, qui croit en l’homme, qui le veut libre et qui respecte se liberté.
  • Une manière de trouver Dieu dans l’ordinaire de la vie. Par un regard contemplatif et la capacité à reconnaître l’action de Dieu dans sa vie et dans le monde, la personne apprend à trouver Dieu en toutes choses et à devenir « contemplatif dans l’action »
  • Une manière de...
Lire plus

Ce n’est pas aisé d’expliquer une spiritualité née il y a cinq cents ans et pourtant si moderne, qui nous nourrit chaque jour ! La spiritualité ignatienne se fonde sur l’expérience spirituelle de st. Ignace de Loyola. Elle nous est transmise dans son Récit de vie et dans les Exercices spirituels.

Voici quelques traits principaux :

  • un regard positif posé sur l’homme et sur toute la création. La spiritualité ignatienne prend en considération la personne dans sa totalité (le corps, l’esprit, l’âme, l’affectivité, la volonté, l’intelligence, …) et l’accompagne dans la relation avec le Créateur, le Dieu de la vie qui veut du bien pour l’homme.
  • Un certain visage de Dieu qui est Celui qui s’est fait proche, qui donne sans compter, qui, en Jésus Christ, se fait compagnon de route. Un Dieu qui se communique au cœur de l’homme, qui croit en l’homme, qui le veut libre et qui respecte se liberté.
  • Une manière de trouver Dieu dans l’ordinaire de la vie. Par un regard contemplatif et la capacité à reconnaître l’action de Dieu dans sa vie et dans le monde, la personne apprend à trouver Dieu en toutes choses et à devenir « contemplatif dans l’action »
  • Une manière de s’engager et de promouvoir la justice. Dans la certitude que Dieu est déjà à l’œuvre dans le cœur de l’homme et dans le monde, la spiritualité ignatienne aide à s’engager au service des autres dans la société, l’Eglise et le monde.

Des moyens que la spiritualité ignatienne donne pour devenir des hommes et des femmes contemplatifs dans l’action :

  • L’expérience des Exercices spirituels qui visent à mettre de l’ordre dans sa propre vie pour l’orienter vers Dieu et prendre des décisions selon l’Evangile ;
  • La prière dans des formes très variées mais toujours incarnées. Tout d’abord la prière avec la Parole de Dieu, la contemplation de la vie de Jésus, de sa manière de vivre, d’aimer, de se donner  mais aussi la prière avec sa vie, la prière du cœur, la prière avec ses sens…
  • L’accompagnement spirituel qui, par l’apprentissage du discernement spirituel et de la relecture, permet de reconnaître dans sa vie la présence du Seigneur et ses propres lieux de combat.
Notre spiritualité 3
L’esprit des fondateurs : Père Etienne Terme et Thérèse Couderc

Père Etienne Terme, tout au long de sa courte et intense vie, est habité par un amour brûlant pour le Christ qui lui donne l’audace du missionnaire et la créativité du fondateur.

« Il ne suffit pas de vouloir servir Dieu, il faut le vouloir de la manière dont il le veut lui-même ». Dans cette expression il y a quelque chose de la spiritualité ignatienne. En fait, la découverte des Exercices spirituels de st. Ignace donne une direction à son désir de faire connaitre et aimer Jésus et un moyen privilégié pour le réaliser. Père Terme a la grande intuition que ce seront les sœurs qu’il a rassemblées à Lalouvesc, dont Thérèse Couderc, qui donneront aux femmes, les Exercices spirituels. A Marie, la mère de Jésus, le père Terme consacre la petite congrégation naissante. Cet acte sera repris par Thérèse Couderc qui, au milieu d’une épreuve que traverse la toute jeune congrégation à la mort du père Terme, se consacre elle-même et aussi toutes celles qui feront partie de cette congrégation. Thérèse met sous la protection de Marie toutes les personnes qui viendront pratiquer les Exercices spirituels au Cénacle. A Marie elle demande la grâce d’être toujours animée de...

Lire plus

Père Etienne Terme, tout au long de sa courte et intense vie, est habité par un amour brûlant pour le Christ qui lui donne l’audace du missionnaire et la créativité du fondateur.

« Il ne suffit pas de vouloir servir Dieu, il faut le vouloir de la manière dont il le veut lui-même ». Dans cette expression il y a quelque chose de la spiritualité ignatienne. En fait, la découverte des Exercices spirituels de st. Ignace donne une direction à son désir de faire connaitre et aimer Jésus et un moyen privilégié pour le réaliser. Père Terme a la grande intuition que ce seront les sœurs qu’il a rassemblées à Lalouvesc, dont Thérèse Couderc, qui donneront aux femmes, les Exercices spirituels. A Marie, la mère de Jésus, le père Terme consacre la petite congrégation naissante. Cet acte sera repris par Thérèse Couderc qui, au milieu d’une épreuve que traverse la toute jeune congrégation à la mort du père Terme, se consacre elle-même et aussi toutes celles qui feront partie de cette congrégation. Thérèse met sous la protection de Marie toutes les personnes qui viendront pratiquer les Exercices spirituels au Cénacle. A Marie elle demande la grâce d’être toujours animée de l’esprit de Jésus-Christ.  Par ces actes, les deux fondateurs des sœurs du Cénacle ont donné à Marie une place toute spéciale. Cette place de Marie nous conduira à reconnaître le mystère du Cénacle dans ce que nous vivons.

Tout au long de sa vie, Thérèse Couderc a expérimenté un Dieu de bonté à qui on peut faire confiance. Elle dira : « Dieu est bon, il est plus que bon, il est la Bonté, je ne veux pas l’oublier ! ». Dans sa vie, elle a appris à se livrer à l’action de l’Esprit Saint et dans un texte où elle partage une expérience mystique, elle nous livre son secret : « Le grand moyen d’entrer dans la voie de la perfection et de la sainteté, c’est de SE LIVRER à notre bon Dieu ».

Notre histoire 12
Se livrer

Le secret du bonheur et de la paix : se livrer au Bon Dieu. « Que l'on en fasse l'expérience et l'on verra que c'est là où se trouve le vrai bonheur que l'on cherche en vain sans cela ».
Sainte Thérèse Couderc, fondatrice des Soeurs du Cénacle.

La Bonté

Texte de Sainte Thérèse Couderc, 10 août 1866.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.

OK
Prière du moment