Témoignage

Entretien avec sœur Claudia

« J’avais déjà quarante ans quand je suis entrée au Cénacle, j’avais travaillé dans deux réalités différentes, en tant que styliste-modéliste pour une société américaine qui avait un atelier de confection en Italie. Je peignais, également, et j’ai travaillé en tant qu’enseignante de dessin et d’histoire de l’art, pour avoir davantage de temps pour peindre.

Le Seigneur m’a appelée tard, à un moment où mon travail me plaisait, où j’avais une vie agréable et confortable, où je me sentais bien. Le Seigneur appelle les sourds en criant plus fort, et je faisais partie des sourds ! J’ai compris que le Seigneur me demandait de le suivre totalement, mais le suivre où ? Un ami m’a proposé de faire un chemin de discernement auprès des sœurs du Cénacle – je n’en avais jamais entendu parler – et je les ai choisies ! Ce qui m’a frappée chez elle, c’est leur spiritualité, le rapport avec Dieu, qui n’est pas intellectuel mais existentiel. Cette relation permet de faire l’expérience de l’existence réelle de Dieu, et je considère que c’est une grâce immense.

Si je devais donner trois mots pour décrire le Cénacle, je dirais : Pour une vie pleine » [Per vita piena, en italien, ça fait bien trois mots !]

Sœur Claudia, communauté de Rome

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience utilisateur.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques.

OK
Prière du moment