• Site Anglais
  • Site Italien


Réjouis-toi Marie

annonciation 3 annonciation 3  

Luc 1, 26-38
 Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, 27 à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie28 Il entra et lui dit : "Réjouis-toi, comblée de grâce, le Seigneur est avec toi."  29 A cette parole elle fut toute troublée, et elle se demandait ce que signifiait cette salutation. 30 Et l'ange lui dit : "Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. 31 Voici que tu concevras dans ton sein et enfanteras un fils, et tu l'appelleras du nom de Jésus. 32 Il sera grand, et sera appelé Fils du Très-Haut. Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père ; 33 il régnera sur la maison de Jacob pour les siècles et son règne n'aura pas de fin." 34 Mais Marie dit à l’ange : "Comment cela sera-t-il, puisque je ne connais pas d’homme ?"  35 L'ange lui répondit : "L'Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c'est pourquoi l'être saint qui naîtra sera appelé Fils de Dieu.  36 Et voici qu'Elisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; car rien n'est impossible à Dieu."  38 Marie dit alors : "Je suis la servante du Seigneur ; qu'il m'advienne selon ta parole !" Et l'ange la quitta.

 

Un premier temps attachons-nous à contempler la scène, les personnages qui sont mentionnés. Un temps où notre regard se décentre, ne faisant que regarder jusqu’à voir, ne faisant qu’écouter les paroles jusqu’à entendre.

Un deuxième temps pour voir comment cette Parole nous rejoint dans notre vie d’aujourd’hui.

 

« L’ange fut envoyé dans une ville de Galilée du nom de Nazareth »

Nazareth, une toute petite ville au nord de la Galilée, nous sommes loin de Jérusalem !

Arrêtons-nous sur ce choix de Dieu, le choix d’un lieu simple, caché.

 Mesurons la grandeur, la puissance de Dieu et le contraste avec ce lieu unique et ce temps précis de l’Histoire.

Goûtons l’universalité de son amour qui rejoint concrètement notre humanité dans le temps et l’espace.

 

 « Cette jeune fille s’appelait Marie »

Marie, fille d’Anne et Joachim, élevée dans une culture juive, fiancée à un homme nommé Joseph

 Comment imaginons-nous Marie ? Quel est son quotidien ? Comment imaginons-nous sa maison ?  A-t-elle cessé ses activités pour se recueillir, est-elle en train de méditer un psaume

Pourquoi Dieu l’a-t-il choisie ? Est-elle prédestinée ou bien est-elle tellement tournée vers Dieu, si pleine de son amitié que Le Fils de Dieu pourra y être accueilli ? Dieu n’attendait-il pas une telle créature ?

 

« Réjouis-toi, Marie…le Seigneur est avec toi…à ces mots elle est toute bouleversée »

L’ange entre chez elle, lui adresse la parole…

Comment se fait cette rencontre ? Voit-elle l’ange ? Est-ce dans l’intimité de son cœur ?

Pourquoi est-elle bouleversée ? L’aspect merveilleux de cette rencontre ? La révélation de ce qu’elle est : une âme pure pouvant accueillir le Sauveur ? Goûtons l’humilité de Marie.

 

« Comment cela se passera-t-il ? »

Marie s’interroge, elle ne perd pas le sens des réalités, elle doit combattre intérieurement, elle doit penser à Joseph.

Imaginons-là dans ce dialogue, avec ses doutes, ses questions et à la fois cette ouverture confiante. Goûtons sa disponibilité.

 

« L’Esprit saint viendra sur toi ET la puissance du Très-Haut te prendra »

Nous voyons ce mouvement et cette intervention de deux des personnes divines pour engendrer le Fils.

Quelle est la place de Marie ? Une figure humaine au cœur de la Trinité ? Entraine-t-elle l’humanité avec elle ? Tenons-nous là en présence du mystère de cette conception qui se fait du dedans.

 

« Car rien n’est impossible à Dieu »

Et si nous lisions « Tout est possible », nous pourrions faire mémoire de l’intervention de Dieu auprès de Sara qui engendra Isaac dans sa vieillesse. Nous sommes témoins dans ce texte de la joie donnée à Elisabeth d’engendrer Jean-Baptiste.

Imaginons Marie. Comment accueille-t-elle l’annonce de la nouvelle pour sa cousine ?

Comment reçoit-elle la confirmation de la promesse qu’elle vient d’entendre ? Goûte-t-elle la puissance créatrice de Dieu, sa bonté envers l’humanité ?

 

« Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon sa Parole »

Le dialogue prend fin après un échange de parole, de propositions en question. Marie a pris le temps de discerner, elle a bien compris qu’il s’agit de laisser Dieu être Dieu en elle. C’est Lui qui accomplit la promesse.
Prenons le temps de la regarder, d’entendre sa réponse libre.

Goûtons cette rencontre de deux désirs : le désir de Dieu qui a besoin de l’homme, le désir de Marie de  se laisser guider par l’Esprit.

 

Nous pouvons ensuite prendre le temps de revenir, sous le regard de Marie, sur nos propres vies, dans le prolongement de notre prière.

 Comment Dieu me rejoint-il dans le concret de ma vie ? Mesurer le désir qu’a Dieu de me rejoindre ?

 Comment et dans quelles occasions, je me rends disponible pour que je puisse me laisser rencontrer par Dieu dans un échange cœur à cœur ? Puis-je décider d’un moment précis dans ma semaine pour cette rencontre ?

Goûter la salutation que l ‘ange m’adresse personnellement : « Réjouis-toi … »

Quand je regarde les doutes, les questions de Marie pour se rendre disponible, je peux m’autoriser moi aussi à converser avec le Seigneur, comme un ami parle à son ami et partager comme elle ce qui habite mon cœur

« Tout est possible à Dieu, qu’il me soit fait selon sa Parole » Laisser résonner cette Parole en moi avec une chose de ma vie où je sais que j’ai besoin de la force de Dieu.

 

Françoise Mirabel, collaboratrice du Centre spirituel du Cénacle de Versailles.

 

mentions légales |  contact | ND Cenacle © Tous droits réservés