• Site Anglais
  • Site Italien
Faire un don


Prier avec le chant : la voix du Bien-Aimé

 

Ct des Ct Ct des Ct  

Les paroles de ce chant s’inspirent d’un livre de la Bible : le Cantique des Cantiques.

Ce livre biblique a toujours eu deux lectures qui sont belles et légitimes toutes les deux : un chant d’amour entre deux personnes humaines ou un chant d’amour entre Dieu et son peuple.

Par contre, ce qui est nouveau aujourd’hui en théologie chrétienne, c’est de questionner l’assimilation du Bien Aimé à Dieu et l’assimilation de la Bien-Aimée à notre humanité.

Le voici, Il se tient…Car on pourrait aussi dire : La voici Elle se tient…

Car Dieu n’est ni masculin, ni féminin.

Mais l’essentiel est de se laisser aimer et ce chant nous y invite.

La musique est de Tanguy Dionis du Séjour

et l’enregistrement de Dei Amoris Cantores

 

Voici quelques pistes pour prier :

1-J’écoute ce chant plusieurs fois

 

Et je prends peu à peu conscience ce que cela provoque en moi, comment cela me touche : les voix, la musique, les paroles

 

2-Je lis à haute voix les paroles

Je m’arrête là où j’ai du goût, je me laisse rejoindre par telle ou telle parole

 

Le voici, il se tient.

Derrière la fenêtre il regarde.
Me fait entrer dans la maison du vin.
Sa bannière sur moi, c’est l’amour.
Car l’hiver est passé,

la pluie déjà s’en est allée.
Les grenadiers et les vignes en fleurs

Exhalent leurs parfums

Le voici, bondissant.
Sur les hautes montagnes il se tient.
Mon bien-aimé me parle et me dit :
ne crains pas mon ami et viens !
C’est sa voix qui m’appelle :
« Ouvre-moi car la nuit s’est enfuie
La saison des chants est arrivée,
au jardin de la vie ».

 

Dans la nuit, j'ai cherché

Celui que mon cœur a choisi

Je l'ai saisi et ne l'ai pas lâché

Je sais que mon bonheur c'est lui

Dans les lieux escarpés

Toujours du regard il me suit

Il est pour moi une branche d'Henné

Des vignes d'Enguédi

Le voici, bondissant

Sur les hautes montagnes, il se tient

Mon bien-aimé me parle et me dit

Ne crains pas mon ami et viens

C'est sa voix qui m’appelle

Ouvre-moi car la nuit s'est enfuie

La saison des chants est arrivée,

Au jardin de la vie

 

Dans la nuit je dormais

Mais mon cœur était réveillé

C'est la voix du bien-aimé qui heurte

Du désert mon âme trésaille

À mon ombre, regarde

Les sources coulant du Liban

Dans ce jardin de myrrhe et de safran

Céleste Jérusalem

Le voici, bondissant

Sur les hautes montagnes, il se tient

Mon bien-aimé me parle et me dit

Ne crains pas mon ami et viens

C'est sa voix qui m’appelle

Ouvre-moi car la nuit s'est enfuie

La saison des chants est arrivée,

Au jardin de la vie

 

3-Le voici, il se tient

Rester avec ces premiers mots : Dieu comme une présence toujours offerte. Il suffit de lui ouvrir la porte.

 

4-Pour finir

Je parle à Dieu comme un ami parle à son ami. Je lui partage mes découvertes, mes sentiments, tout ce que ce chant a suscité en moi, a éveillé en moi.

mentions légales |  contact | ND Cenacle © Tous droits réservés