• Site Anglais
  • Site Italien
Faire un don


JMJ à Panama, terre de rencontre

Pendant les JMJ à Panama, des jeunes répondent à l’invitation du pape et rencontrent Dieu lui-même !

Un vent de jeunesse a soufflé à Panama-City fin janvier 2019. J’y étais avec un petit groupe parti grâce au diocèse de Toulouse. Comme tous ces jeunes qui ont été invités à partager ce qu’ils ont reçu, je ne peux pas garder pour moi ce trésor avec lequel je suis revenue.

 

Avec Marie au cœur du thème, chacun a pu réfléchir et relire saIMAG6506 IMAG6506   manière personnelle d’être engagé à la suite du Christ. « Me voici, qu’il me soit fait selon ta parole » (Lc 1,48) : cette phrase prononcée par Marie à la fin de la visite de l’Ange lors de l’Annonciation est venue habiter chaque jeune. Cette expression de l’engagement de Marie a rythmé nos journées panaméennes : il n’y avait pas un jour où nous ne reprenions pas en chœur « he aqui, la servia del Senor, hagasè mi segund tu Palabra ». Bien plus que l’air et la chanson, il y avait aussi le sens profond de cette parole. A la suite de Marie, comme elle, dire « Me voici » au Seigneur. Reste à cueillir, pour chacun, la forme concrète que prendra son engagement. Ce dont DJI_20190122_184813 DJI_20190122_184813  nous avons tous été témoins, c’est que chacun a fait un pas de plus dans sa manière de suivre le Christ. JOIE !

 

D’expérience en expérience

Nous sommes partis à 14 avec le diocèse de Toulouse pour rejoindre des centaines de milliers de jeunes du monde entier qui avaient répondu, comme nous, à l’invitation du pape François. Du 19 au 28 janvier 2019, c’est une expérience forte que nous avons vécue avec les Journées mondiales de la Jeunesse à Panama-city.

Expérience de rencontre avec les personnes qui nous accueillaient, au monastère des sœurs de la Visitation, les deux premiers jours puis à la paroisse de l’Immaculée Conception les jours suivants.20190124_085053 20190124_085053  

Expérience de rencontre avec les nombreux pèlerins du monde : japonais, québécois, brésiliens, anglais, syriens et tant d’autres … sans oublier ceux du diocèse de Montauban qui étaient logés au même endroit que nous les 2 premiers jours ! Aller à l’autre bout du monde pour se rencontrer là-bas et créer des liens : il fallait au moins ça…

Expérience de rencontre avec la Vierge Marie : le chapelet quotidien rythmait nos temps ensemble ou nos marches. Marie était bien présente au cœur de notre groupe. Nous avons déposé à ses pieds les intentions de prières qui nous avaient été confiées. Et avec elle, dans le secret de la prière, chaque jeune a peut-être risqué un « oui » dans le secret de son cœur.

Expérience de rencontre avec Dieu lui-même qui se donne non seulement à chaque rencontre, mais surtout dans son Eucharistie que nous célébrions chaque jour au monastère (avec le diocèse de Montauban) puis à la paroisse de l’Immaculée Conception avec d’autres groupes francophones (diocèse de Vannes, d’Avignon, mais aussi de Côte d’Ivoire, du Bénin…). Expérience particulièrement forte de cette rencontre de Jésus-Eucharistie lors de la veillée du samedi sur le campus Jean-Paul II : des milliers de jeunes dans un plein et profond silence en adoration devant Lui, tenu dans les bras de Marie. Image forte que je ne suis pas prête d’oublier : ces jeunes ont quelque chose à nous apprendre de la prière d’adoration.

 

Découvrir Panama et ceux qui l’habitent

Chaque jour avait son lot de fatigue, certes mais surtout de joie et de rencontres. Il y avait un enthousiasme débordant alors que nous déambulions dans la rue 20190122_164502 20190122_164502  pour rejoindre tel ou tel lieu : occasions de rencontres d’autres groupes : « where do you come from ? » « De dónde viene usted? » accompagnées de ses cris de joie, de sourires lumineux, d’accolades fraternelles et d’échange de petits souvenirs typiques du pays. Emerveillement aussi devant la ville de Panama avec ses gratte-ciel à l’américaine, ses routes-ponts, au ras de l’eau, sa vieille ville revêtue de multiples couleurs, son océan pacifique et le canal qui unit les 2 mers comme ce pays unit les peuples. Car cette image est très présente : le Panama, premier diocèse d’Amérique, porte en lui le symbole de l’union des peuples. C’est un pays d’une très grande richesse multiculturelle. Les JMJ n’ont fait qu’appuyer cette facette. Découvrir Panama, c’est aussi entrer dans des quartiers plus pauvres où nous étions hébergés : petites maisons de 2-3 pièces sans étage au toit de tôle, mais pleines de couleurs ! A l’image de la délicatesse et de la disponibilité des personnes qui y vivent. J’en ai fait l’expérience car j’ai eu la chance d’être logée en famille (tout comme le P. Léopold qui accompagnait le groupe avec moi), tandis que les jeunes étaient hébergés, ensemble, dans l’école en face de la paroisse.

 

La parole du successeur de PierreIMAG6411 IMAG6411  

Comment ne pas également se laisser saisir par les propos vifs, pertinents, plein d’humour et d’amour de notre pape François ! C’est sûr, il sait toucher les cœurs et parler sans détour. Voici quelques perles que je garde.

Vous pouvez retrouver tous ses discours in extenso ici :

 

Lors de l’ouverture des JMJ sur le Campo Santa Maria la Antigua – Cinta Costera :

Aller de l’avant ! Ne créer pas une église parallèle, plus “divertissante” ou “cool”… Nous voulons retrouver et réveiller avec vous la continuelle nouveauté et jeunesse de l’Église, en nous ouvrant à une nouvelle Pentecôte… Marie est celle qui a dit « Oui », celle qui a accepté de s’engager pour Dieu en lui donnant chair. Et toi, veux tu lui donner chair avec tes mains, avec tes pieds, avec ton regard, avec ton cœur ? Est-ce que tu oses dire comme Marie : « Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole » ? [1] 

 

A la vigile, sur le Campo Jean Paul II

S’adressant à ces « digital natives » que sont la plupart de ces jeunes qui l’écoutent, le pape François n’hésite pas à utiliser un vocabulaire qui leur est proche : Cette vie [que nous offre Jésus] n’est pas un salut suspendu “dans le cloud” attendant d’être déversé, ni une “application” nouvelle à découvrir, ni un exercice mental fruit de techniques de dépassement de soi. Elle n’est pas non plus un “tutoriel” avec lequel on apprendrait la dernière nouveauté. Le salut que le Seigneur nous offre est une invitation à faire partie d’une histoire d’amour qui se tisse avec nos histoires ; qui vit et veut naître parmi nous pour que nous donnions du fruit là où nous sommes, comme nous sommes et avec qui nous sommes. C’est là que le Seigneur vient planter et se planter ; il est le premier à dire “oui” à notre vie, à notre histoire, et il veut que nous aussi disions “oui” avec lui.

Marie, la jeune de Nazareth ne sortait pas sur les “réseaux sociaux” de l’époque, elle n’était pas une “influencer”, mais sans le demander ni le rechercher, elle est devenue la femme qui a le plus influencé l’histoire. Marie, l’“influencer” de Dieu. En peu de mots elle a osé dire “oui” et faire confiance à l’amour et aux promesses de Dieu, seule force capable de rendre toutes choses nouvelles… ce fut le oui de celle qui veut s’engager et risquer…

L’invitation à devenir « influencer » à la manière de Marie est lancée et a bien été entendu par les jeunes toulousains.

Le pape poursuit évoquant cet amour de Dieu qui relève toujours, il parle également de l’importance de savoir pour qui je vis pour pouvoir rêver de l’avenir. S’appuyant sur Saint Jean Bosco, il alerte les jeunes en leur disant avec force que le « réseau » ne suffit pas pour se sentir 20190120_213927 20190120_213927  aimé, mais qu’il faut regarder la ville, le monde, avec les yeux de Dieu. Il invite chaque jeune à être un « influencer » du XXIème siècle, à la manière de Marie, disant « oui » à l’amour de Dieu car seul l’amour rend plus humains, plus complets. [2]

 

Lors de l’homélie de la messe de clôture, campo Jean-Paul II

Le pape François rappelle avec force combien chaque jeune doit prendre sa place aujourd’hui dans l’Eglise et dans le monde.

Chers jeunes, vous n’êtes pas l’avenir mais l’heure de Dieu. Il vous convoque et vous appelle dans vos communautés et vos villes à aller à la recherche de vos grands-parents, de vos aînés ; à vous lever et à prendre la parole avec eux et à réaliser le rêve que le Seigneur a rêvé pour vous. Pas demain, mais maintenant, parce que là où se trouve votre trésor sera aussi votre cœur (cf.Mt 6, 21) ; … Sentez que vous avez une mission et tombez-en amoureux, cela décidera tout (cf. Pedro Arrupe, S.J., Nada es más).

Le Seigneur et sa mission ne sont pas un ”entre-temps” dans notre vie, une chose passagère. Ils sont notre vie ! Tous ces jours-ci, le « qu’il en soit ainsi » de Marie a été murmuré de manière spéciale comme une musique de fond. Non seulement elle a cru en Dieu et en ses promesses comme une chose possible, elle a cru en Dieu et a osé dire “oui” pour participer à cette heure du Seigneur !

Voulez-vous vivre la réalisation de son amour ? Que votre “oui” continue d’être la porte d’entrée, pour que l’Esprit Saint offre une nouvelle Pentecôte au monde et à l’Église.

 

Ces JMJ étaient dans une belle harmonie avec ce que je peux vivre comme sœur du Cénacle : quelle grande action de grâce de voir ces jeunes, rassemblés avec Marie, se tenir à l’écoute de la Parole pour se laisser conduire comme elle par l’Esprit… et dire « oui » au Seigneur. C’était peut-être bien les prémices de cette nouvelle Pentecôte espérée par le pape François. Voilà qui est plein de promesses… Une affaire à suivre à Lisbonne en 2022 pour les prochaines JMJ ? Qui s’inscrit ?

 

Nathalie Albert, Sr de Notre Dame du Cénacle

 

[1] Jeudi 24 janvier 2019 : Discours du pape François pour l’ouverture des JMJ de Panama - Campo Santa Maria la Antigua – Cinta Costera

[2] Samedi 26 janvier 2019 : Discours du pape François pour la veillée des JMJ de Panama. Campo Jean Paul II

 

Télécharger le fichier PDF "JMJ A PANAMA - FR" (1.1 Mo)
contenu du fichier
mentions légales |  contact | ND Cenacle © Tous droits réservés